Des défis à voix haute : semaine 1

Jour 1 : la respiration exagérée
Lis ce texte. Relis-le ensuite en marquant des pauses pour respirer exagérément à chaque trait oblique : « / » → une petite pause ; « // » → une grande pause.

« Il s’enfonça très lentement dans la grande forêt. Bientôt, de tous les côtés, des arbres géants l’entouraient et, au-dessus de lui, leurs branches formaient presque une voûte, cachant le ciel. Ça et là, de petits rayons de soleil brillaient à travers le feuillage. »

R. Dahl, Les minuscules, Gallimard

« Il s’enfonça très lentement/ dans la grande forêt. // Bientôt, / de tous les côtés, / des arbres géants l’entouraient / et, / au-dessus de lui, / leurs branches formaient presque une voûte, / cachant le ciel. // Ca et là, / de petits rayons de soleil / brillaient à travers le feuillage.// »

Jour 2 : PRO-non-CIA-tion / AR-TI-CU-LONS
Prononce chacun de ces courts textes en articulant du mieux que tu le peux !

Natacha n’attacha pas son chat Pacha qui s’échappa
Cela fâcha Sacha qui chassa Natacha

Quand un cordier cordant veut accorder sa corde
Pour sa corde accorder trois cordons il accorde
Mais si les cordons cordants de la corde décordent
Le cordon décordant fait décorder la corde.

Pour faire une bonne choucroute, il faut se procurer :
Six saucissons secs sans sel sous sachet,
Six saucisses sèches sous sachet,
Six choux suisses hachés sans sachet.

Dis-moi gros gras grain d’orge
Quand te dégrosgrasgraindorgeras-tu ?
Je me dégrograsgraindorgerai
Quand tous les gros gras grains d’orge
Se dégrosgrasgraindorgeront.

Recommence avec un stylo coincé entre tes dents ;). Amuse-toi en lisant doucement…puis très vite !

Jour 3 : Lire fort et théâtraliser avec exagération
À lire en crescendo , de plus en plus fort, de plus en plus exagéré. A lire en dansant, à lire en riant :-)

Ce jour-là je serpentais au bord d’une mare. Soudain, atterrit devant moi une jeune grenouille. Je la saluai poliment et continuai mon chemin… Pas longtemps ! Trois bonds et la revoilà devant moi.
–  » Où vas-tu ? « , me demanda-t-elle.
Comme je ne suis pas bavard et que je n’aime pas les questions, je ne répondis point et je repris ma route.

R. Delpeuch

Jour 4 : émotions en folie
À lire avec tristesse, suspense, revanche, admiration, colère, déception, doute, surprise, … et toutes les émotions que vous voulez :-) ; ça marche avec d’autres phrases également. A vous, les studios)

Carole adore le chocolat.

Même activité à partir du poème de Georges Pérec en variant les émotions au cours de la lecture :

Déménager
Quitter un appartement. Vider les lieux.
Décamper. Faire place nette. Débarrasser le plancher.
Inventorier, ranger, classer, trier.
Éliminer, jeter, fourguer.
Casser.
Brûler.
Descendre, desceller, déclouer, décoller, dévisser, décrocher.
Débrancher, détacher, couper, tirer, démonter, plier, couper.
Rouler.
Empaqueter, emballer, sangler, nouer, empiler, rassembler,
entasser, ficeler, envelopper, protéger, recouvrir, entourer, serrer.
Enlever, porter, soulever.
Balayer.
Fermer.
Partir.

Jour 5 : poème
Voici un poème à dire à deux, en changeant de personnage à chaque strophe (et/ou en mimant deux personnages)

-Je veux un frère
C’est plus costaud !

-Tu sais ma sœur
Fait du judo

-Je veux un frère
C’est plus poli.

-Ma sœur te dit
Toujours merci.

-Je veux un frère
C’est plus marrant.

-Tu sais, ma sœur
Rit tout le temps.

-Je veux un frère
Ca n’a pas peur.

-Ma sœur veut être
Aviateur.

-Je veux un frère
Je le signale
Ou une sœur
Ca m’est égal !

Carl Norac

Jour 6 : Lire un monologue du théâtre classique (au choix)

Cyrano de Bergerac (d’Edmond Rostand), extrait de la tirade du nez
La vidéo du film réalisé par Jean-Paul Rappeneau, sorti en 1990 est ici.
Et le texte (taille du texte à adapter pour chacun ; il est aussi long que le nez de Cyrano…) est ici. :-)

L’Avare (de Molière) : « ma cassette » (le monologue d’Harpagon)
La vidéo du film réalisé par Jean Girault avec Louis de Funès, sorti en 1980, est ici.
Et le texte (taille du texte à adapter pour chacun ; long et compliqué …) est ici  :-)

Jour 7 : silence !
Lis ce texte silencieusement pour en comprendre le sens. Puis essaye de placer la bonne intonation pour les dialogues.

La maîtresse a hurlé :
– Silence ! Taisez-vous ! Exercice 6, page 23 ! Silence, j’ai dit ! SILENCE !
J’ai compté : c’était la quarante- septième fois qu’elle hurlait aujourd’hui. Et j’ai pensé : « Si elle continue, elle va me transpercer la tête, je le sens, ça va éclater comme une fusée. »
On s’est tous mis à écrire dans nos cahiers. On osait à peine respirer ; je crois bien qu’on allait étouffer.
Et puis, Marie a laissé tomber sa gomme.
–SILENCE ! a hurlé la maîtresse. Taisez-vous et travaillez !
Alors, moi, je me suis levé et j’ai respiré autant que j’ai pu. J’ai regardé la maîtresse et j’ai hurlé :
– SILENCE ! Taisez-vous et laissez-nous travailler !
Elle a ouvert très grand la bouche et elle a mis la main sur son cœur. Et puis elle a fermé la bouche, ouvert la bouche, fermé la bouche…On a compris qu’elle allait étouffer. On a vite cherché un bocal et on l’a rempli d’eau. On a mis le bocal sur le bureau et la maîtresse a plongé dedans. Elle nageait furieusement dans l’eau et elle tournait à toute vitesse et en fermant la bouche. Ca faisait des bulles.
On s’est remis au travail. J’ai fini mon exercice et puis j’ai écrit un texte. Une histoire de pirates.
Ensuite, avec David, on a cherché un livre de renseignements sur Marco Polo. Et j’ai pensé : « Si elle reste encore un peu dans son bocal, j’aurai le temps de faire des mathématiques. Et peut-être, même d’écouter de la musique. »

Bernard Friot – Histoires pressées

.

Aller aux défis de la semaine 2 : par ici :-) !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.