Faire-part : un livre est né

Il aura fallu 3 ans pour donner naissance à UneÎle pour Vanille, un livre dont l’héroïne née sur le Caillou ne veut pas quitter son île. Sophie a eu la gentillesse de nous envoyer un article relatant la genèse de son projet.

Ayant eu la grande chance d’être lauréate du prix Livre, mon Ami en 2007, j’ai découvert la Nouvelle Calédonie pour la première fois de ma vie. Il m’aura donc fallu quarante ans pour mettre les pieds sur l’une des plus belles îles au monde ! Ce voyage m’a définitivement marquée. D’abord par les merveilles que j’ai pu y voir, mais aussi et surtout par les rencontres que j’ai faites. Jour après jour, ce sont des dizaines et des dizaines d’élèves que j’ai croisés dans les écoles et les collèges. A chaque fois, on me réservait un accueil inoubliable. Il y avait toujours cette envie de partage et d’échanges autour du livre. Lors de ces rencontres, les enfants me posaient assez souvent la même question : « Est-ce que tu pourrais parler de notre île dans une de tes histoires ? ».

une_sophieJ’ai réalisé que je savais très peu de choses sur la Nouvelle Calédonie avant d’y être invitée… Ce petit bout de caillou, territoire Français, est parfois un peu oublié par ses compatriotes de la métropole. Et pourtant… L’histoire de la France est intimement mêlée à celle de cette île du bout du monde.
Alors, une fois rentrée en métropole, j’ai porté la Nouvelle-Calédonie en moi. Je l’ai gardée bien au chaud dans ma mémoire.
Un matin, je me suis assise devant mon ordinateur, et Vanille est née. Elle s’est imposée petit à petit sur l’écran de mon ordinateur. Elle m’a accompagnée pendant plusieurs semaines d’écriture. En écrivant cette histoire, je pensais avant tout aux enfants que j’avais croisés en Nouvelle-Calédonie. J’avais envie qu’ils sachent que je ne les oubliais pas.

Cette petite Caldoche qui ne veut pas quitter son île, c’est aussi un peu moi. Ayant eu à vivre des déménagements successifs durant ma jeunesse, je voulais évoquer cette douleur qu’on peut avoir lorsqu’on sait qu’on doit quitter ceux que l’on aime.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.