Une conception libératrice de la lecture

Grâce au choix des élèves de CM2 et de 6e plébiscitant le roman « 22 ! », les Calédoniens ont eu la chance de recevoir Marie-Aude Murail, qui nous a fait découvrir une autre approche de la littérature par la mise en voix des extraits. En l’entendant lire, on se dit que la voix est un prodigieux instrument de musique qui donne chair aux mots et vie aux textes. Il nous reste à souhaiter que les enseignants adoptent cette démarche vivante pour susciter l’intérêt de nos jeunes pour le livre au sein des classes, afin qu’ils s’engagent ensuite sur le chemin de la lecture buissonnière et autonome.

L’auteur nous a également ouvert les yeux sur nos écoliers et collégiens qui l’ont « épatée » par leur vivacité, leur curiosité, leur créativité et leur ingéniosité. Motivés par cette opération culturelle Livre, mon ami et portés par ce projet collectif d’accueillir l’écrivain lauréat, les élèves se sont fortement investis dans des créations musicales, plastiques, poétiques, théâtrales, honorant ainsi à leur façon l’illustre invitée. Des liens de sympathie se sont tissés entre Marie-Aude Murail et les enfants, qu’elle voyait avec un regard attendri et bienveillant. Considérés avec respect, ils lui ont manifesté leur pleine confiance. Détendus par son humour, ils lui ont exprimé leur connivence. La littérature peut donc être vécue comme un dialogue enrichissant lors de ces rencontres entre une grande dame à l’esprit vif et des jeunes lecteurs aux multiples ressources.

Des actions innovantes sont à souligner, telle l’implication des élèves de 5e au GOD de Népoui, élargissant l’opération Livre, mon ami au-delà du cercle des 6e. L’esprit d’initiative, pilier 7 du socle commun des connaissances et des compétences, a du sens pour ces hôtes préadolescents qui parviennent à l’exercer sans contrainte. La fierté pouvait se lire dans les yeux des jeunes d’Ouvéa qui se sont métamorphosés en comédiens, danseurs, slameurs, offrant à l’auteur leur interprétation singulière du roman, complétant celle de leurs camarades sur l’ensemble du territoire.

L’engouement des parents et grands-parents pour Livre, mon ami s’affirme d’année en année, eux qui n’hésitent pas à acheter toute la série pour leurs enfants, qui ont plaisir à lire la sélection, qui sont sous le charme d’une conférencière si différente de leurs représentations, si apte à faire partager son amour de la littérature.

L’engagement des bibliothécaires et des documentalistes constitue un véritable facteur de réussite ; au cœur de la mission pédagogique et éducative dans leur établissement et dans leur quartier, ils assument un rôle de premier plan pour que soit pérennisée cette opération culturelle à l’entrée de sa treizième année. Un grand nombre d’enseignants de CM2 et de 6e ont compris que Livre, mon ami peut s’intégrer dans les programmes, dans lesquels il est recommandé de faire lire une dizaine d’œuvres par an, de donner du sens à la littérature et de vivifier l’acte de lire par des démarches créatives et vivantes, d’aider les élèves à exploiter leur sensibilité esthétique pour devenir à leur tour des lecteurs et écrivants éclairés.

Marie-Aude Murail a su nous convaincre que la littérature relève de la culture du cœur, celle qui stimule l’ensemble du comité de lecture et des membres organisateurs, celle qui donne du sens aux missions de tous les responsables institutionnels et politiques de la Nouvelle-Calédonie.

Annick Le Bourlot
Inspectrice d’académie- Inspectrice Pédagogique Régionale de lettres
Pour le Pacifique sud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *